Catégorie: Actualités







Atelier de paysage participatif du 23 avril

Classé dans : Actualités - Mots clés : aucun

Dans le  cadre de l’expérimentation menée au Bourhic sur la gestion et la valorisation des friches du plateau et des vallons, le CPIE de Belle-Île-En-Mer en partenariat avec Jeanne Roche, paysagiste DPLG a organiséle samedi 23 avril sur la commune de Locmaria, un atelier participatif « Quels paysages voulons-nous dessiner pour Belle-Île demain ?»

 

L’atelier qui a rassemblé une vingtaine de participants tout au long de la journée, a débuté le matin par une lecture de paysage autour du village de Le Bourhic et du vallon de Port-Andro. Cette sortie, sur le terrain, était l’occasion de présenter ce qui caractérise aujourd’hui les paysages de l’intérieur de l’île, de faire un état des lieux quant à la dynamique d’enfrichement qui gagne le plateau agricole, de partager en fonction des espaces abandonnés parcourus et de l’évolution de leur végétation, une réflexion sur des modes de gestion appropriés.

Cette dynamique d’enfrichement s’accélère, transforme en partie les paysages de l’île et nous la subissons. C’est pourquoi l’après-midi, dans la salle des conseils de la mairie de Locmaria,  nous avons échangé sur l’avenir des paysages insulaires et sur comment nous aimerions les voir évoluer. Ainsi, il en est principalement ressorti que l’évolution des paysages insulaires devait dépendre notamment du maintien des activités primaires mais aussi du développement de nouvelles pratiques agricoles voire sylvicoles respectueuses de l’environnement, de leur diversification sur le territoire bellilois. Ce, afin de garantir un cadre de vie agréable et dynamique, de maintenir la mosaïque paysagère, mais aussi de développer l’autonomie de l’île au travers d’une économie de proximité, de productions locales sachant tirer parti des ressources et qualités du territoire.

L’accessibilité, la valorisation des sentiers et du patrimoine vernaculaire, notamment dans les vallons font également partie des préoccupations des participants à l’atelier.

Si le paysage est un bien commun, il se dessine sur un parcellaire qui lui est très largement privé. Ainsi, il est nécessaire, si nous voulons décider de l’évolution des paysages bellilois en soutenant le développement des activités primaires qui les façonnent, de mieux maitriser les enjeux liés à la propriété foncière, d’engager une gestion globale du foncier, tout en continuant nos efforts de sensibilisation auprès de l’ensemble de la population y compris des générations futures. Ce, grâce à des ateliers et chantiers participatifs par exemple.

Nous ne manquerons pas de vous informer de la tenue de nos prochaines actions de sensibilisation, dont la suivante se déroulera probablement lors des prochaines vacances de la Toussaint, sur les marchés. A suivre … !