L'Observatoire des Vers Luisants !

Participez à l'observation des vers luisants !

 

L'idée date de 2011 ; les premiers tests sur le terrain ont été réalisés avec certains d'entre vous en 2012 ; et une déclinaison régionale a vu le jour en 2013 sur les îles de Bretagne. Vous avez été plus de 1 300 personnes à participer à ces premiers essais. Recevez autant de " Merci ! " car sans votre enthousiasme, le projet n'aurait tout simplement pas vu le jour. 


Toute espèce confondue ; sans distinction pour l'instant. Des volets naturalistes et scientifiques viendront bientôt se greffer à celui-ci, plutôt destinés aux amateurs et jardiniers, aux curieux de tous les jours, aux émerveillés de la nature ; ou à ceux qui, tout simplement, acceptent de partager une petite observation ; leur rencontre furtive avec une lueur évanescente au fond d'un jardin, au détour d'une ruelle. 

Le CPIE de Belle-ile-en-Mer vient de rejoindre près de 70 associations en France ; toutes intéressées par la biodiversité et souhaitant apporter leur pierre à l'édifice. Simplement, en se faisant le relais auprès de leurs adhérents, en distribuant des dépliants créés pour l'occasion ou en s'appropriant l'animation locale du projet. Avec le soutien et la participation active du monde de la recherche, en particulier au travers du CNRS, et le pilotage du projet par le Groupe Associatif Estuaire.

Mais avant tout, ce sera votre observatoire car ceux qui font l'observatoire sont les observateurs. Et nous vous espérons très nombreux ! 

Marinne LECLERCQ, Coordinatrice de l'Observatoire
Marcel KOKEN, Chercheur au CNRS
Fabien VERFAILLIE, Président du Groupe Associatif Estuaire

 

C’est quoi un ver luisant ?

Pour tout le monde, un ver luisant, c'est une tache de lumière verte qui embellit nos soirées d'été ! Mais peu d'entre nous avons été regardé de plus près l'insecte pour savoir à quoi il ressemblait !


Il est doté d'un corps assez mou, sans aile, juste soutenu par trois petites paires de pattes, avec des antennes si petites qu'on ne les distingue pas toujours très bien. Ses couleurs sont plutôt ternes, d'ordinaire du brun et un rose sale. S'il ne portait pas au bout de son abdomen ce bijou de lumière, il est certain qu'il passerait inaperçu aux yeux de tous !

D'ailleurs, il faudrait plutôt dire " elle ", car le mâle n'a pas cet apparat de lumière ! Lui, possède une paire d'ailes et vole à la recherche d'une lumière lui signalant la présence de femelles.

Cet insecte a beau être discret, il n'en constitue pas moins un auxiliaire précieux du jardinier. En effet, ses mets préférés sont les escargots et les limaces ! 

Il existe une confusion fréquente entre " vers luisants " et "lucioles" qu’il convient de lever ici. Ces insectes font partie de sous-familles bien distinctes ; chez les premiers, ce sont les femelles au sol qui émettent de la lumière, tandis que chez les secondes, mâles et femelles volent et émettent de la lumière.

 

Est-ce que je peux participer ?

Si vous habitez en France, c'est bon, vous pouvez participer ! Et des vers luisants, il y en a partout, même s'ils sont bien plus abondants dans certaines régions que dans d'autres. Vous pouvez participer même si vous n'avez vu aucun ver luisant dans votre jardin car l'absence de ver luisant est une information aussi importante que sa présence.

Il est possible de vous impliquer dans l'observatoire à travers l'un des trois volets :

·         Pour le public non spécialiste, une démarche participative au travers de laquelle on relève la présence ou l'absence de l'insecte dans les jardins, mais aussi à l'extérieur avec des "missions spéciales" ; l'objectif à terme est de répondre à des questions simples concernant la pollution lumineuse, l'effet de la fragmentation des habitats, l'usage des phytosanitaires, ...

·         Pour le public naturaliste, avec des identifications, à l'espèce ou au groupe d'espèces ; l'objectif est de renseigner la distribution des espèces, leur écologie et leur phénologie.

·         Enfin, une approche scientifique, basée sur des analyses ADN pour répondre à des questions sur la dérive génétique des vers luisants dans les îles bretonnes et rechercher des espèces nouvelles en France pour lesquelles il existe de fortes présomptions

Saisir une donnée : FORMULAIRE

 

Demander une mission spéciale 

C'est très simple, si vous n'avez pas de jardin, vous pouvez aussi participer à l'observatoire en demandant des missions spéciales !

En clair, il s'agit de déclarer l'adresse de son domicile, que l'on habite en pleine nature ou en plein cœur urbain. Ensuite, nous vous proposerons de réaliser une ou plusieurs missions (des "promenades") le soir, à une date et une heure données, sur un trajet déterminé. Vous devrez alors rechercher les vers luisants sur le parcours, noter leur emplacement et leur nombre. En plus de ce(s) trajet(s) proposé(s), vous pourrez également choisir et déclarer un trajet volontaire qui traverse des habitats plus favorables où vous maximiserez votre chance d'en observer !

Je veux me pré-inscrire pour participer !

Suite à votre inscription, nous vous recontacterons par téléphone pour confirmer votre intérêt et réaliser un entretien rapide en posant quelques questions sur l'environnement qui vous entoure.

A la suite de cet entretien, nous vous ferons parvenir par mail une carte à imprimer et utiliser lors de votre balade, accompagnée des recommandations sur la façon de procéder. 

 

Un projet pour toute la France !

L'Observatoire des Vers Luisants est un programme du Groupe Associatif Estuaire et d'Asterella. 

Le Groupe Associatif Estuaire (GAE) défend depuis plus de vingt ans l'idée qu'une conciliation des intérêts humains et environnementaux est indispensable pour permettre un développement intégré et durable des activités anthropiques, garantissant ainsi la pérennité des équilibres écologiques. Le GAE est une fédération qui regroupe dix structures partageant cette charte éthique, mais d'activités et de nature diverses ; allant d'un pôle sur les cultures marines à l'éducation environnementale des enfants, en passant par un réseau participatif rassemblant les entomologistes francophones (Tela-Insecta).

Le Centre National de la Recherche Scientifique, et plus précisément Labocea-CNRS, a décidé de s'associer au GAE dans la mise en place de l'Observatoire. En effet, les données récoltées dans le cadre de ce programme seront exploitées et intégrées à différentes études menées par le CNRS.