Lettre d’info du CPIE de Belle-Ile-en-Mer

Lettre d’info du CPIE de Belle-Ile-en-Mer

Chers Adhérents et amis de la Nature,

 

Cette trentième année de l’association débute sous des auspices peu favorables alors que nous la voulions riche d’actions tant internes qu’externes qui auraient montré le chemin parcouru depuis dix ans.

Les actions « internes » concernaient une réflexion sur la vie de l’association dans le contexte d’évolution rapide de l’environnement socio-économique, territorial et climatique : révision du projet associatif, révision du modèle socio-économique, mise en œuvre du plan d’actions lié aux objectifs de progrès fixé par l’évaluation du label CPIE, refonte du plan de communication qui, nous en sommes conscients, mérite d’être renouvelé et, enfin, préparation de notre anniversaire des 30 ans, courant décembre. De la sorte, c’est un CPIE renouvelé qui se serait présenté à vous.

Les actions « externes » relevaient de deux mouvements : le CPIE allait vers le continent dans le cadre du renouvellement de notre projet de formation, concrétisé par la première session consacrée à l’accompagnement des ports bretons dans une action dite « Ports propres » puis  le CPIE invitait le continent à participer au forum de l’agriculture et de l’alimentation, point d’orgue et point d’étape important du Projet Alimentaire Territorial (PAT) , dont le CPIE est porteur, déclinaison belliloise du Programme national d’alimentation (PNA).

L’arrivée du coronavirus dit COVID19 est venue bousculer tout ce programme, sans que nous sachions vraiment quand la vie pourra revenir à un rythme plus serein. Le CPIE a eu pour premier souci la protection des salariés en leur fournissant tous les accommodements possibles pour assurer leur sécurité. Se tenir informés de l’évolution de la maladie, de celle des mesures prises pour les salariés et pour les associations, des conditions d’assurance pour les salariés en télétravail, etc, est une occupation d’autant plus chronophage que, s’agissant d’un virus inconnu à ce jour, tout le monde va tâtonnant.

Certains travaux, lorsque c’est possible, sont ainsi réalisés par télétravail mais de nombreuses activités, comme les activités de terrain, dont les sorties, stands, évènementiels, diverses classes de mer ou classes vertes et autres animations, sont reportés voire annulés. Ces reports ou annulations, et les pertes liées, sont comptabilisés précisément par les salariés en espérant que, comme promis par le gouvernement, une indemnisation pourra être obtenue qui permettra la survie de notre petite structure. A ce moment-là, la présentation d’un dossier bien étayé, précisant les actions prévues comparées aux actions effectivement réalisées et la conséquence financière des modifications, sera fondamental. Nous espérons par ailleurs que nos partenaires publics (collectivités, agences publiques…) seront à nos côtés afin de faire face à la crise économique qui va affecter l’association.

En ces jours d’incertitude, je ne peux que remercier les salariés qui font preuve d’un grand courage en continuant à travailler le plus possible, dans des conditions inconfortables et stressantes. A la suite de cet éditorial, ils vont vous donner quelques exemples des tâches  qu’ils réalisent malgré les contraintes actuelles.

En attendant, peut être que ce virus, microscopique brin d’acide nucléïque dans une enveloppe de protéines, uniquement visible au microscope électronique, mais dangereux en raison inverse de sa taille, amènera les humains à un peu plus d’humilité envers le milieu naturel et les organismes qu’il abrite. Un équilibre s’y est établi dans la nature à la suite de milliards d‘années d’évolution. Le perturber peut s’avérer très dangereux, au moins pour certaines espèces, et les humains ne sont peut-être pas les mieux placés pour lui résister.

 

Le président, Georges Delpont.

 

OCTOBRE L M M J V S D   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31